Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les contraceptifs hormonaux (CH) sont les médicaments les plus étudiés et suivis dans le monde entier en raison de sa large utilisation. On estime que plus de trois millions de femmes entre 15 et 49 ans utilisent la pilule dans le monde entier.

Depuis le début de sa commercialisation, il y a 50 ans, le risque accru de thromboembolie veineuse (TEV) est indiqué comme effet secondaire. Cette association entre les contraceptifs oraux combinés (la pilule) et maladie thrombo-embolique a fait l'objet de recherches scientifiques approfondies.

Cette recherche a mis en évidence de nombreux autres facteurs associés à un risque accru de complications thrombo-emboliques chez les femmes, tels que l'âge, l'obésité, le tabagisme et la coexistence de maladies médicales (diabète, hypertension, thrombophilie, entre autres).

Le consensus portugais de la contraception publié en 2011 (document produit par les sociétés scientifiques de la spécialité) stipule que la thromboembolie veineuse (TEV) est un effet indésirable grave, mais rare, de la combinaison de contraceptifs hormonaux. Le risque de TEV chez les utilisatrices de CHC est moindre que le risque de TVE associé à la grossesse et est le plus élevé dans la première année d'utilisation de la méthode.

La Société portugaise de contraception et la Société portugaise de Gynécologie ne voient pas de motif pour le changement des prescriptions des contraceptifs hormonaux combinés, à condition qu'ils répondent à tous les critères d'admissibilité de l'Organisation mondiale de la santé et du consensus de contraception national, c'est à dire, dès qu'il soient pris sous surveillance médicale. Ces deux entités ne voient pas des raisons pour que les femmes utilisatrices de la pilule à suspendent la prise, mais nous vous recommandons de consulter votre médecin en cas de doute.

20000 caractères restants


sqfr2017_halfpage_300x600 4w